Paris Saint-Germain, la dernière marque de luxe de la capitale française, chasse la gloire européenne | Paris Saint Germain

Sur les bords de Seine à Paris, à cinq minutes du Louvre, se dresse le grand magasin Samaritaine. Le bâtiment a été rénové pour la dernière fois pour un coût de 750 millions d’euros. L’intérieur est lambrissé, il y a un espace VIP. La sélection de produits se compose de Dior, Gucci, Prada et Louis Vuitton. Les chaussures coûtent 1 000 €. Les bouteilles de champagne peuvent être personnalisées, les bouteilles de parfum peuvent être achetées à six chiffres. Même en période de pandémie, le commerce des produits de luxe continue de croître.

La Samaritaine attire les gens. Ils se promènent et admirent les objets exposés comme ils le feraient avec la Joconde du Louvre. Les gens veulent le voir comme la Tour Eiffel et Notre Dame. On s’émerveille. Le propriétaire, Bernard Arnault – le plus riche d’Europe – a réuni toutes les marques nobles dans son château de conte de fées.

La Samaritaine ressemble aussi à l’équipe de football du Paris Saint-Germain. C’est parce que les joueurs de football les plus précieux du monde sont sous un même toit là-bas. Dans les buts se trouve l’Italien Gianluigi Donnarumma, qui a été nommé joueur du tournoi après avoir remporté la finale de l’Euro 2020. Nouveau dans la défense, Sergio Ramos, ancien capitaine du Real Madrid et leur talisman depuis plus d’une décennie. Un autre champion d’Europe et cœur du milieu de terrain italien, Marco Verratti, dirige le jeu.

Et la ligne avant est connue de tous les enfants à Tokyo, Delhi, Le Cap, Londres et Rio. Neymar et Kylian Mbappé ne sont pas seulement les attaquants les plus talentueux du monde mais aussi les plus chers. Ensemble, ils ont coûté plus de 400 millions d’euros. Désormais, Lionel Messi porte également le maillot du PSG, sextuple footballeur mondial de l’année, l’ancienne icône de Barcelone.

Les trois sont les joueurs de football les plus célèbres de la planète et, ensemble, ils comptent plus d’un demi-milliard d’adeptes sur les réseaux sociaux. Le seul qui manque est Cristiano Ronaldo, mais ce serait sûrement trop pour n’importe quel entraîneur.

Mauricio Pochettino est le dernier entraîneur de haut niveau à prendre en charge le Paris Saint-Germain. Photographie : JE E/SIPA/Shutterstock

Depuis 10 ans, le PSG appartient à la famille régnante du Qatar. Le propriétaire – le chef de l’État, Tamim bin Hamad al-Thani – a investi plus d’un milliard d’euros dans le club. Le pays, hôte de la prochaine Coupe du monde, attire l’attention du monde entier en finançant le sport depuis de nombreuses années.

Au cours des neuf dernières années, le PSG a été sept fois champion de France. Mais à Paris, comme dans d’autres lieux majeurs, la ligue nationale n’est plus le facteur décisif. Le club, sans grande tradition ni collection de trophées, fait récemment partie de l’élite continentale. Il n’emploie que des coachs de renom tels que Carlo Ancelotti, Unai Emery, Laurent Blanc, Thomas Tuchel et, désormais, Mauricio Pochettino.

Ils pensent globalement à Paris. En Ligue des champions, dont Manchester City est le visiteur mardi, le PSG est désormais favori. Une victoire en trophée serait le premier titre international pour un club français depuis 1996. Ils ont été proches ces dernières années : demi-finalistes la saison dernière et finalistes la saison précédente.

Le nombre de fans dans le monde augmente. Si ces fans ont la chance de voir les stars de près, il y aura une foule comme celle-là pour les pop stars ou les acteurs hollywoodiens. Les répliques de chemises se vendent bien. Le coronavirus ne peut rien faire au PSG. Le club est sur toutes les lèvres. Après la Tour Eiffel et Notre-Dame, Paris a un nouveau repère : une équipe de football au prix exorbitant.

Le club est même devenu une partie de la culture pop. Les joueurs sont populaires auprès des rappeurs. Leurs vidéos atteignent des chiffres d’audience à neuf chiffres. Le PSG est également intégré à l’industrie de la mode. La créatrice Christelle Kocher a créé un maillot du PSG vendu 3 000 €. Beyoncé, Leonardo DiCaprio et Mick Jagger ont été aperçus dans sa collection. Il convient à Paris, métropole de la mode et de l’extravagance.

Le Paris Saint-Germain est dans un groupe de Ligue des Champions avec le Club de Bruges. Le club belge, dont l’introduction en bourse a échoué cette année, réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 135 millions d’euros mais évolue dans un tout autre championnat. Les joueurs de Bruges peuvent se sentir comme des touristes dans la Samaritaine dans leur duel avec Neymar, Mbappé et Messi. Pourtant, ils ont tenu le PSG à un match nul 1-1 il y a quinze jours lors du match d’ouverture du groupe.

Les autres adversaires de groupe de Paris sont le RB Leipzig et Manchester City, deux autres clubs gérés par des investisseurs dont le développement n’aurait pas pu être prévu il y a une décennie. Le football d’élite, comme le montre notamment le PSG, a changé. Les clubs poursuivent un nouveau modèle ; l’identification avec eux n’est pas enracinée localement, mais l’intérêt est global. Quand le PSG jouera à City, le monde le regardera. Il n’y a pas de plus grand spectacle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *