Les clubs de football, les ligues et les joueurs britanniques mènent le boycott des médias sociaux pour mettre fin aux abus en ligne

Anwar El Ghazi d’Aston Villa tire sur la piscine de but via REUTERS / Michael Steele

Les ligues, organisations et joueurs de football du Royaume-Uni ont mené un boycott de quatre jours des médias sociaux qui a débuté vendredi pour protester contre les abus racistes en ligne.

Parmi les personnes qui ont participé au boycott figuraient l’Association anglaise de football, la Premier League anglaise (EPL), la Ligue anglaise de football, la Super League féminine, le Championnat féminin de l’Association de football, le groupe Women In Football et l’Association des footballeurs professionnels (PFA). Le footballeur, les managers et les arbitres britanniques se sont également éloignés des médias sociaux du vendredi au lundi, y compris du groupe anti-discrimination Kick It Out.

D’autres sports anglais – cricket, rugby, cyclisme, tennis et courses de chevaux – se sont joints à nous, ainsi que les diffuseurs britanniques de la Premier League, le champion britannique de Formule 1 Lewis Hamilton et le prince William, président de la Football Association. Le boycott a également attiré des organisations internationales et des athlètes, tels que la FIFA, l’UEFA, la Fédération internationale de tennis (ITF) et l’Agence internationale pour l’intégrité du tennis (ITIA), et le footballeur argentin Lionel Messi.

Un certain nombre de groupes ont publié sur les réseaux sociaux une déclaration qui disait: «Tout au long du week-end, le football, le sport en général, les organisations et les individus du monde entier se sont unis pour boycotter les réseaux sociaux afin de manifester notre colère collective. Mais cela n’éradiquera pas les abus à lui seul. Nous continuerons de mettre au défi les entreprises de médias sociaux d’apporter des modifications à leurs plates-formes, d’exhorter le gouvernement à introduire rapidement une législation forte et de demander aux individus d’appeler et de signaler les abus en ligne lorsqu’ils le voient. #StopOnlineAbuse. « 

Couverture connexe

30 avril 2021 13h37

Ils ont appelé Facebook, Instagram et Twitter à «utiliser leur pouvoir pour changer les choses et faire en sorte qu’il y ait des sanctions réelles pour la haine en ligne» et ont énuméré les mesures que les entreprises de médias sociaux doivent prendre pour éradiquer les abus en ligne.

L’EPL a déclaré que si les boycotts n’effaceraient pas complètement les abus en ligne, cela «démontrerait que le jeu est prêt à prendre des mesures volontaires et proactives».

Le président de l’ITF, David Haggerty, a déclaré: «Nous constatons à maintes reprises l’impact dévastateur que les abus en ligne, les menaces et le langage discriminatoire ont sur les athlètes professionnels, les entraîneurs et les officiels, non seulement dans le tennis mais dans le sport. Le niveau d’abus que les individus sont forcés de subir est totalement inacceptable, c’est pourquoi nous nous joignons à ce boycott et appelons les entreprises de médias sociaux à agir maintenant pour protéger les personnes qui ne font que faire leur travail.

«Personnellement, je pense que cela pourrait être le premier d’une série de boycotts», a déclaré Simone Pound, responsable des égalités à la PFA. «Nous pouvons faire cela chaque semaine si nous le devons. Cela ne va pas disparaître. Ils doivent nous écouter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *