Quarts de finale de la Ligue des champions: analyse et verdict match par match | Jonathan Wilson | Football

Atalanta v PSG (mercredi)

D’un côté, la féerie de la Ligue des champions de cette saison, seul club italien restant dans la compétition avec un chiffre d’affaires annuel de 188,6 M €. De l’autre, les champions de France habituels avec leur chiffre d’affaires annuel de 635,9 M €. L’Atalanta est ravi même d’être en Ligue des champions, sans parler d’être allé aussi loin, tandis que le Paris Saint-Germain est alourdi par le fardeau de ne jamais avoir dépassé la demi-finale, et de ne jamais avoir dépassé les quarts sous son Qatar. la possession.

Stylistiquement, ils sont également très différents. Sous Gian Piero Gasperini, Atalanta joue au football offensif à bout de souffle, en appuyant fort et en cherchant à créer des surcharges sur le terrain. Sous Thomas Tuchel, bien que le PSG soit devenu plus cohésif qu’auparavant, il reste une équipe qui joue à travers ses deux grandes célébrités, Neymar et Kylian Mbappé. Les Atalanta sont très clairement plus que la somme de leurs parties; pour le PSG, cela semble une lutte constante pour prouver qu’ils ne sont pas moins, un troupeau d’étoiles à la recherche d’une constellation.

Le PSG est peut-être la plus absurde de toutes les absurdités de l’ère du superclub. Jusqu’à il y a six ans, il n’y avait jamais eu de triplé domestique en France. Au cours des six dernières années, il y en a eu quatre, mais tout le succès du PSG semble vide car il a été obtenu contre des adversaires beaucoup plus faibles et moins bien dotés et ne s’est jamais traduit par un réel succès en Europe. En Ligue des champions, le schéma a été pour eux de s’effondrer face au premier véritable défi, en grande partie parce qu’ils sont tellement habitués à être testés. Le PSG a clairement une meilleure équipe qu’Atalanta, mais tout dépend de la façon dont ils gèrent la presse d’Atalanta. Cela suffit pour déstabiliser n’importe qui, mais le PSG peut être particulièrement vulnérable étant donné qu’aucune équipe en France ne jouerait jamais aussi agressivement contre eux. Un manque de matches après l’abandon du championnat de France – seulement deux finales de Coupe ces cinq derniers mois – peut également compter contre le PSG.

Prédiction Narrow Atalanta gagne.

The Fiver: inscrivez-vous et recevez notre e-mail quotidien de football. RB Leipzig – Atlético Madrid (jeudi)

Le pronostic aurait pu être très différent si Leipzig avait rencontré l’Atlético en mars, lorsque les quarts de finale étaient censés se jouer. À l’époque, l’Atlético avait l’air mal en point, aux prises avec une autre saison de tentative de transition vers une approche supposée plus progressive, tandis que le RB Leipzig avait toujours Timo Werner. Cinq mois plus tard, l’Atlético est soutenu en terminant sa saison nationale en bonne forme, en remportant sept et en tirant quatre de ses 11 derniers matchs pour remporter la troisième place de la ligue et se qualifier pour la Ligue des champions de la saison prochaine, ce qui n’était en aucun cas assuré lorsque le verrouillage a commencé. .

Et après avoir éliminé Liverpool, les champions en titre, dans les 16 derniers, et progressé plus loin que le Real Madrid, leurs bêtes noires dans ce tournoi, pour la première fois depuis 1996-97, il n’y a aucune raison pour eux de ne pas croire que cela pourrait être leur année. – à condition que les deux tests Covid positifs ne présagent pas d’un problème plus large. Le format unijambiste peut également jouer entre leurs mains, étant donné qu’il n’y a probablement pas d’entraîneur meilleur en gestion de jeu que Diego Simeone.

Leipzig a été extrêmement impressionnant cette saison, à la fois au niveau national – où ils ont fini par être défait par trop de nuls – et en Europe. Leur démolition de Tottenham au cours des 16 dernières années les a suggérés comme un outsider réaliste pour gagner le tournoi lui-même. Mais c’était avec Werner. Le fait qu’il ait été autorisé à déménager à Chelsea avant la fin de la saison est une honte, un autre exemple de la priorisation de l’argent par le football moderne. Il y a encore assez de puissance de feu dans cette équipe de Leipzig pour troubler l’Atlético, en particulier avec Patrik Schick de retour en forme, mais Emil Forsberg, qui prendra vraisemblablement la place de Werner à gauche des trois premiers, n’offre pas la même menace.

Prédiction Comfortable Atlético gagne.

Jan Oblak pendant l’entraînement de l’Atlético. Photographie: Atletico Madrid Handout / EPA Barcelona v Bayern Munich (vendredi)

Les seuls anciens champions qui restent se rencontrent, mais ils pourraient difficilement le faire dans des situations plus contrastées. Le Bayern est favori pour la Ligue des champions et pour cause. Leur renvoi 4-1 contre Chelsea samedi était leur 26e victoire lors de leurs 27 derniers matchs. Sous Hansi Flick, ils ont redécouvert le fanfaron qui avait disparu sous Niko Kovac. Ils pressent mieux que quiconque en Europe, ils ont un rythme effréné dans les zones offensives et à Robert Lewandowski, ils ont le meilleur avant-centre du monde. Deux buts et deux passes décisives lors de la victoire du match retour contre Chelsea ont porté son total à 13 buts et quatre passes décisives en Ligue des champions cette saison. Avec leur rajeunissement bien en cours et d’autres géants bégayant ou stagnant, et Liverpool parti, le seul point négatif pour le Bayern est d’être, de loin, le côté le plus difficile du match nul.

Barcelone fait partie de ces géants en stagnation. Même en battant Napoli 3-1 samedi, ils semblaient étrangement hésitants, peu sûrs à l’arrière et dépendaient fortement de Lionel Messi pour aller de l’avant. Leur milieu de terrain est vulnérable aux coureurs directs depuis des années, en partie à cause de l’étirement qu’ils deviennent en tant que côté avec le manque de pression de la ligne avant. C’est vraisemblablement en partie pour améliorer cela qu’Antoine Griezmann a été signé, mais il ne s’est pas installé à gauche et n’a pas encore pris de décision avec Luis Suárez et Messi.

Lionel Messi célèbre après son spectaculaire but en solo contre Naples. Photographie: Joan Monfort / AP

Le Barça et le Bayern ne se sont pas rencontrés depuis la demi-finale en 2015 lorsque le Bayern de Pep Guardiola a adopté une approche étonnamment agressive au Camp Nou et a fini par être battu 3-0, perdant finalement le match nul 5-3 au total. Sur le plan de la forme, cependant, cela semble probablement plus similaire à la rencontre précédente deux ans plus tôt, également en demi-finale, lorsque le Bayern a démoli le Barça 7-0 sur les deux matches.

Prédiction Victoire très confortable du Bayern.

Manchester City v Lyon (samedi)

Lyon a terminé septième de Ligue 1, à 28 points du PSG, qui avait un match en cours. Et c’était après seulement les deux tiers de la saison. Pour eux, dépasser la Juventus avec des buts à l’extérieur était un miracle mineur, et la preuve à quel point les champions italiens ont été shamboliques cette saison, mais il est extrêmement difficile de voir comment cela pourrait réussir un autre miracle contre City – même s’ils les ont choqués. à l’Etihad en phase de groupes la saison dernière.

La ville a une mâchoire de verre. Ils ont des lacunes au cœur de leur défense. Ils sont vulnérables à la contre-attaque et il se peut que Memphis Depay puisse les blesser avec sa course directe – l’ancien attaquant de United est heureux de se remettre de la blessure cruciale qui l’aurait empêché d’un quart de finale en mars – mais le la question est plutôt à l’autre bout. Après cinq mois sans football, Lyon n’a disputé que deux matchs de compétition et dans les deux, ils se sont essentiellement assis profondément et ont cherché à s’accrocher – en perdant aux tirs au but contre le PSG en finale de la Coupe de la Ligue après un nul 0-0 et en perdre 2-1 à la Juve pour gagner aux buts à l’extérieur.

Leur approche sera vraisemblablement similaire contre City, mais City est un côté attaquant plutôt plus cohérent et fluide que l’un ou l’autre, même s’ils ne sont peut-être pas aussi impitoyables qu’ils pourraient l’être. Lyon a concédé sous un but un match en championnat et n’a pas laissé plus de deux défaites en Ligue des champions contre le Benfica, le Zenit et la Juve cette saison, mais il est encore difficile de croire qu’ils pourront tenir le coup. Les deux seules rencontres précédentes de Rudi Garcia avec Guardiola, lorsque la Roma a rencontré le Bayern en 2014-15, se sont soldées par des défaites 2-0 et 7-1.

Prédiction: Victoire de Comfortable City.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *