Fêtes, majordomes et interdiction des chaussures rouges: le contrat de Messi n’est pas le seul inhabituel dans le football

Les petits détails révélés sur le contrat du capitaine de Barcelone Lionel Messi dominent la conversation en Espagne. El Mundo a couru avec leur fuite dimanche dernier, mais c’est toujours le discours dominant.

Des clauses comme l’obligation de s’intégrer dans la société catalane et d’apprendre le catalan ont soulevé des sourcils, mais la réalité est que ces clauses étranges ne sont pas uniques dans le football, comme le révèle Marca.

Levante, par exemple, a interdit à l’un de ses joueurs de vivre avec plus de trois personnes. Séville a averti un joueur particulièrement agressif que son contrat serait résilié s’il était pris en train de se battre. Un club du nord de l’Espagne a interdit à son joueur, un joueur, d’entrer dans le casino local.

Neymar, anciennement de Barcelone mais maintenant au Paris Saint-Germain, aurait inclus une clause dans son contrat qui assurait qu’il recevrait une prime de 375000 € pour applaudir les supporters à la fin des matches. Le Brésilien a également introduit un majordome, un chauffeur et un assistant personnel dans son contrat.

Le Real Betis a versé à Rafael Van der Vaart 14 mensualités de 114 428 € pour ne pas porter de chaussures de football rouges, la couleur de leur grand rival Séville. Ronaldinho, un autre ancien Brésilien de Barcelone, a inclus une clause dans son contrat Flamengo qui lui permettait de sortir faire la fête au moins deux soirs par semaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *