Big-up Bobi, l’Afrique a besoin de vous

J’avoue que je n’avais jamais entendu le nom de Robert Kyagulanyi, alias Bobi Wine, avant le début des campagnes électorales présidentielles en Ouganda. Il est possible que je n’entende plus jamais le nom au cours des cinq prochaines années. Mais je lui dois un poste aujourd’hui.

J’aime quand je vois des jeunes défier le vieil ordre établi. Je ne peux pas m’arrêter d’admirer Bobi Wine pour avoir fait exactement cela. L’Afrique ne progressera que si les jeunes osent rêver qu’ils peuvent faire mieux que les personnes âgées qui appellent les coups.

À moins que le jeune étudiant à l’université ne pense pouvoir faire un meilleur professeur que ce qu’il a, il essaie de le faire. Le jeune homme d’affaires doit croire qu’il peut battre ou au moins égaler Manu Chandaria et essaie de le faire.

Le jeune footballeur doit croire qu’il peut mieux jouer que Lionel Messi ou Christiano Ronaldo et essaie de le faire. Un athlète à venir doit croire qu’il peut courir plus vite que Eliud Kipchoge, Usain Bolt, Catherine Ndereba ou Kenenisa Bekele et battre des records, et essaie de faire un effort pour.

Le leader de la jeunesse doit croire qu’il peut offrir mieux que ces camarades pour qui nous avons composé des chansons et avec qui nous avons chanté pendant nos jours d’école.

Les gars plus âgés vous traiteront avec un peu de mépris, puis quand ils verront que vous êtes sérieux, ils céderont.

J’espère que mes camarades oseront rêver. Si vous ne pouvez pas rêver, donnez de la place à ceux qui le font et accordez-leur votre soutien, l’avenir est entre leurs mains.

Et j’espère que les jeunes ne se moqueront pas de Bobi Wine pour avoir osé croire en lui. Continuez Bobi, le monde a besoin de plus de jeunes comme vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *