Alphonso Davies savoure son moment au sommet du monde du football

Alphonso Davies du Bayern défie Thilo Kehrer du PSG lors de la finale de la Ligue des champions au stade de la Luz à Lisbonne, Portugal, dimanche 23 août 2020.

Miguel A. Lopes / La Presse canadienne

L’un des moments marquants de la jeune carrière de soccer d’Alphonso Davies est survenu le mois dernier lorsque l’adolescent canadien s’est affronté contre Lionel Messi, et le résultat n’était même pas proche.

C’était tôt dans le match des quarts de finale de la Ligue des champions du Bayern Munich contre Barcelone et Davies se retrouvait sur le côté gauche lors d’une échappée du Bayern. Il a passé le milieu de terrain de Barcelone et a couru vers Messi, qui ne pouvait arrêter le joueur de 19 ans qu’en le faisant trébucher. Alors que l’attaquant légendaire se penchait pour aider Davies à se relever, le jeune sourit.

«Cela m’a fait me sentir un peu heureux parce que voici un gamin qui regarde son idole, jouant contre son idole qui l’a malmené et l’aide à se relever. C’était tout ce que vous pouvez demander en tant que footballeur », a rappelé Davies vendredi de Munich lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes canadiens. «Me confronter à lui était un rêve devenu réalité.»

L’histoire continue sous la publicité

Le Bayern a remporté le match 8-2, offrant à Barcelone sa pire défaite en 74 ans. Messi n’a eu aucun but, aucune aide et a été retourné par Davies, qui a marqué le cinquième but du Bayern en dansant à travers près de la moitié de l’alignement du Barca. Messi avait l’air si abattu par la suite que Davies n’a pas eu le cœur de le harceler pour échanger des maillots. «Perdre 8-2, ce n’est pas agréable», a déclaré Davies.

Le Bayern a démarré et a battu le Paris Saint-Germain 1-0 en finale de la Ligue des champions le 23 août, couronnant une séquence de 11 victoires consécutives sans précédent pendant le tournoi. À ce moment-là, l’étoile de Davies était vraiment montée.

Il est maintenant devenu l’un des joueurs de football les plus connus au monde, un démon de la vitesse qui a été chronométré à 36,5 kilomètres à l’heure et qui fait jaillir des experts tels que l’ancien attaquant anglais Gary Lineker: « Quel talent fabuleux. » Les exploits de Davies ont été salués par le premier ministre Justin Trudeau et ont été salués par Drake. La ville d’Edmonton a même illuminé le High Level Bridge en rouge et blanc en l’honneur de sa nouvelle superstar locale.

Alors qu’il se prépare pour le début de la saison de Bundesliga la semaine prochaine, Davies s’émerveille toujours de toute l’attention. «Je n’arrive toujours pas à croire que tout cela se passe», a-t-il déclaré vendredi. «Est-ce que ça a coulé? Je dirais pas encore.

Son succès est encore plus remarquable compte tenu de ses origines. Ses parents ont fui la guerre civile au Libéria en 1999 et ont passé des années dans un camp de réfugiés au Ghana où Davies est né. La famille est arrivée au Canada en 2006, à Windsor, en Ontario, avant de se rendre à Edmonton. Le père de Davies, Debeah, a trouvé un emploi dans une usine de volaille tandis que sa mère, Victoria, travaillait comme concierge. Davies devait souvent prendre soin de son jeune frère et de sa sœur, mais le football est finalement devenu un débouché.

Il a débuté dans une ligue pour enfants vulnérables appelée Free Footie et s’est ensuite inscrit à l’académie de football de l’école catholique St. Nicholas. À 11 ans, il s’est joint aux Strikers d’Edmonton dans la ligue des jeunes de la ville. « On pouvait dire qu’il était un enfant très talentueux », a déclaré l’ancien entraîneur des Strikers Nick Huoseh. «Nous avons disputé 18 matches de championnat au cours d’une saison estivale et il marquait un but ou deux par match.»

Huoseh, qui dirige une entreprise de télécommunications, est devenu plus qu’un entraîneur pour Davies. Son père était venu au Canada de Palestine et il comprenait les défis auxquels les familles de réfugiés sont confrontées. Il veillait souvent sur Davies après l’école et offrait son soutien à sa famille. Il a également aidé à organiser un essai avec les Whitecaps de Vancouver.

L’histoire continue sous la publicité

Il n’a pas fallu longtemps à Davies pour briller sur la côte ouest. Il a fait ses débuts en Major League Soccer pour les Whitecaps à l’âge de 15 ans. Un an plus tard, il est devenu le plus jeune joueur à se joindre à l’équipe nationale masculine du Canada.

Les grands clubs européens ont remarqué et bientôt Manchester United, le PSG et le Bayern ont appelé. À ce moment-là, la famille avait engagé Huoseh comme agent de Davies.

Davies a signé avec le Bayern en juillet 2018 et Vancouver a empoché des frais de transfert de 22 millions de dollars américains, un record en MLS à l’époque. Huoseh a déclaré que le Bayern n’avait pas offert le plus d’argent mais avait impressionné Davies avec un plan détaillé pour son développement progressif.

Le plan a été accéléré en octobre dernier lorsque le Bayern a subi une série de blessures et que Davies a été inséré dans l’alignement des regards à l’arrière gauche. L’équipe pataugeait à l’époque et un changement d’entraîneur a mis Hansi Flick aux commandes. Il est resté avec l’adolescent et ça a vite payé.

La vitesse fulgurante de Davies a donné au Bayern un nouveau style d’attaque en défense et il a produit quatre passes décisives lors de ses premiers matchs. L’équipe a remporté 30 matchs consécutifs et a remporté la Bundesliga, la Coupe d’Allemagne ainsi que la Ligue des champions. Davies a été choisi recrue de l’année et a signé un nouveau contrat de cinq ans qui, selon les médias allemands, pourrait lui payer jusqu’à 5 millions d’euros par saison, soit 7,8 millions de dollars. Le Centre international d’études sportives a fixé sa valeur de marché à 133,5 millions d’euros, le plaçant parmi les 10 joueurs les plus chers d’Europe.

Cette saison pourrait être encore meilleure pour Davies. Le Bayern a recruté l’ailier star Leroy Sane de Manchester City, qui s’alignera devant Davies. Il y a aussi des qualifications pour la Coupe du monde en mars et Davies tient à aider le Canada à se qualifier pour la finale pour la première fois depuis 1986.

L’histoire continue sous la publicité

Pour l’instant, il aime la vie à Munich et une nouvelle saison de football. «Je suis juste heureux que je sois ici en Allemagne pour faire mes preuves», a-t-il déclaré. «Et être Canadien, c’est incroyable.»

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *