Le nouveau format de la Ligue des champions pourrait-il conduire à un nouveau nom sur le trophée malgré les inquiétudes virales?

La Ligue des champions se déplace à Lisbonne cette semaine pour le début des «  huit derniers  » avec la perspective intrigante d’un nouveau nom sur le trophée, alors que l’Atletico Madrid se prépare à se rendre au Portugal après avoir secoué la peur du coronavirus.

L’Atletico affrontera Leipzig en quarts de finale jeudi après avoir annoncé lundi que d’autres tests COVID-19 sur leurs joueurs et leur personnel se sont révélés négatifs après que les joueurs Angel Correa et Sime Vrsaljko aient été testés positifs ce week-end.

« La première équipe et les membres du staff technique ont subi hier de nouveaux tests PCR, dont le résultat a été négatif pour tous, après l’apparition de deux cas positifs lors des tests effectués samedi », a annoncé l’Atletico.

La partie espagnole se rendra mardi au Portugal pour rejoindre les sept autres quarts de finalistes qui termineront le tournoi dans une ville en l’espace de 12 jours, une solution sans précédent à une saison interrompue par la pandémie.

Barcelone et le Bayern Munich, qui avec cinq Coupes d’Europe chacun sont les deux seuls anciens vainqueurs restants dans la compétition, sont en lice pour le titre mais un seul atteindra les demi-finales – ils se rencontreront en quarts de finale à l’Estadio da Luz vendredi.

Alors que le Barça cherche désespérément plus de succès européen avant que Lionel Messi, qui a eu 33 ans en juin, ne passe, et le Bayern cherche une proposition redoutable dirigée par le score élevé Robert Lewandowski, qui promet d’être une égalité passionnante malgré le manque de supporters.

Mais peut-être que cette fois, la gloire reviendra à quelqu’un de nouveau, Manchester City et le Paris Saint-Germain ayant tous deux des raisons de croire que ce sera l’année où ils seront récompensés pour une décennie de décadence alimentée par l’immense richesse de leurs propriétaires basés dans le Golfe.

« Les grands clubs remportent les titres », a déclaré le patron de City Pep Guardiola après que son équipe ait éliminé le Real Madrid vendredi.

Peut-être que l’Atletico, de retour où ils ont perdu la finale 2014 contre le Real, franchira enfin une étape supplémentaire sous Diego Simeone, ou peut-être qu’il y aura un vainqueur choc au RB Leipzig, à l’Atalanta ou même à Lyon.

A ce niveau, les Atalanta sont les ménés et ce serait une histoire remarquable s’ils remportaient le trophée lors de leur première apparition en Ligue des champions après les terribles souffrances de leur ville natale de Bergame lors de la pandémie.

La Ligue des champions a redémarré vendredi après cinq mois d’hibernation à cause de la pandémie. La finale devait initialement se jouer à Istanbul fin mai avant d’être reportée.

Les restrictions de voyage et le manque de temps pour terminer la saison signifiaient jouer tous les matchs au même endroit et éliminer les matchs à deux jambes en quart de finale et en demi-finale était la seule solution.

La grande peur de l’UEFA – d’une épidémie généralisée de virus parmi les équipes – semble avoir été évitée avec l’annonce par l’Atletico qu’elle est limitée pour l’instant à seulement deux joueurs, Angel Correa et Sime Vrsaljko.

– Pas de Ballon d’Or en jeu –

La finale se jouera à l’Estadio da Luz de Benfica le 23 août. Les «huit derniers» débuteront au même terrain mercredi lorsque l’Atalanta affrontera le PSG.

Celui qui remportera ce match rencontrera Leipzig ou l’Atletico pour une place en finale, tandis que City ou Lyon rencontrera le Bayern ou Barcelone dans l’autre demi-finale.

Cette Ligue des champions des plus insolites a déjà vu le Real – vainqueur de quatre des six dernières éditions – sortir dans les 16 dernières aux côtés des détenteurs de Liverpool et de la Juventus, éliminés par Lyon vendredi malgré les meilleurs efforts de Cristiano Ronaldo.

Désormais âgé de 35 ans, le recordman de tous les temps de la compétition aurait adoré triompher à nouveau en finale à Lisbonne, où sa carrière a commencé avec le Sporting.

Au moins, cela n’aura pas nui à ses chances de remporter le Ballon d’Or, le prix du meilleur joueur de la planète étant annulé cette année par les organisateurs de France Football à cause de la pandémie.

– Le mauvais côté –

Mais à Lionel Messi, Lewandowski, Kylian Mbappe, Neymar et Kevin De Bruyne, certains des meilleurs talents du coin seront exposés à Lisbonne.

C’est juste dommage que les champions soient couronnés dans un stade vide.

Les fans de football se sont habitués ces derniers mois à regarder à la télévision les matchs se déroulant à huis clos.

L’alternative, après tout, n’est pas du tout le football, alors que l’Europe continue de lutter contre la pandémie et que les cas augmentent à nouveau à travers le continent après une courte période de répit relatif.

« Je suis une personne optimiste et j’espère que les spectateurs pourront revenir à nos matches dès que possible », a déclaré récemment le président de l’UEFA, Aleksander Ceferin.

En attendant, des directives sanitaires strictes sont en place, avec des équipes soumises à un régime de test strict et à des règles de distanciation sociale, et le nombre de personnes autorisées à l’intérieur des terrains est réduit au minimum.

comme / td / gj

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *