Les supporters de Man City visent de gros objectifs de transfert alors que le CAS annule l’interdiction de la Ligue des champions

Les fans de Manchester City se tournent vers l’avenir après avoir appris que le club pourra participer à la Ligue des champions la saison prochaine.

Le tribunal arbitral du sport a annoncé lundi que l’interdiction de deux ans imposée par City à la compétition européenne devait être annulée, et son amende à l’UEFA réduite de 30 millions d’euros à 10 millions.

La décision signifie que City prendra sa place en Ligue des champions la saison prochaine après avoir obtenu un top quatre en Premier League la semaine dernière – et cela met également fin aux espoirs d’équipes comme Manchester United, Leicester et Chelsea de se qualifier pour la compétition en terminant cinquième de la ligue.

City a reçu l’interdiction de l’UEFA pour «violations graves» du règlement sur le fair-play financier, mais le TAS a déterminé que les allégations n’étaient «pas établies ou prescrites».

Interdiction de l’UEFA à Man City annulée

Alors que les fans de clubs rivaux se sont adressés aux médias sociaux pour se plaindre de la décision et de ce que cela signifie pour les règlements de la FFP, les fans de la ville envisageaient un été où le club pourrait offrir des cibles de transfert potentielles au football de la Ligue des champions, tout en ayant beaucoup plus de chances de se tenir leurs principaux acteurs.

Et les supporters de City rêvaient de grands mouvements en réponse à la décision du TAS, avec Lionel Messi et Kylian Mbappe en haut de leur liste de souhaits idéale – et légèrement ironique.

Dans sa décision, le TAS a déclaré: « À l’issue de l’audience, le panel du TAS a délibéré et conclu que la décision rendue le 14 février 2020 par la chambre d’arbitrage de la CFCB devait être annulée et remplacée par ce qui suit:

« a.) Le MCFC a contrevenu à l’article 56 du Règlement sur les licences des clubs et le fair-play financier.

« b.) Le MCFC paiera une amende de 10 000 000 EUR à l’UEFA, dans un délai de 30 jours à compter de la date d’émission de la sentence arbitrale. »

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *