Certaines stars d’Arsenal ont demandé « plus que ce qu’elles redonnaient »

MADRID (AP) Sous pression et ayant besoin d’une victoire, Barcelone n’a pas hésité à laisser de côté son jeu de possession de balle pendant un moment.

C’est avec des coups de pied arrêtés que l’équipe a sauvé une victoire cruciale ce week-end pour se remettre sur les rails après un début d’année mouvementé sous la direction de l’entraîneur Quique Setién.

Lionel Messi a récolté trois passes décisives – deux sur coups francs – alors que Barcelone est venu deux fois par derrière pour vaincre le Real Betis 3-2 à Séville dimanche. Cette victoire a permis au club catalan de conserver trois points de retard sur le leader du championnat d’Espagne, le Real Madrid, qui avait auparavant gagné 4-1 à Osasuna.

[ MORE: Premier League schedule ]

Barcelone n’a pas complètement abandonné son jeu de passes traditionnel, mais elle n’a obtenu les buts dont elle avait besoin qu’au stade Benito Villamarín grâce aux coups de pied arrêtés. L’équipe perdait 2-1 lorsque Messi a trouvé Sergio Busquets dans la zone pour l’égalisation juste avant la mi-temps, et après la pause, c’était une tête de Clement Lenglet sur un autre centre de Messi qui a donné la victoire à Barcelone.

« Ce qui fait le plus mal, c’est que leur équipe peut marquer mille façons différentes, mais nous avons concédé deux buts sur coups francs loin de la surface », a déclaré l’entraîneur du Real Betis Rubi.

Barcelone a continué de s’améliorer malgré la victoire serrée, soulageant une partie de la pression sur Setién depuis qu’il a remplacé Ernesto Valverde au début de l’année.

« Nous avons joué plus de matchs et nous avons eu plus de temps pour nous entraîner », a déclaré le milieu de terrain de Barcelone Sergi Roberto. « Après un changement, il faut toujours du temps pour s’adapter, mais c’est beaucoup plus facile de travailler après les victoires. »

La prochaine étape pour Barcelone sera un match de championnat à domicile contre Getafe, troisième, qui a récemment joué parmi les meilleurs football d’Espagne.

GETAFE’S RUN

Getafe est à nouveau devenu la sensation de la ligue espagnole.

Pour la deuxième saison consécutive, le modeste club du sud de Madrid traîne près du sommet du classement, se disputant une place en Ligue des champions et devançant certaines équipes espagnoles plus traditionnelles.

Getafe occupe la troisième place après 23 matches, devant l’Atlético Madrid, Séville et Valence. Il traîne la deuxième place de Barcelone par sept points et le Real Madrid par 10.

« C’est une équipe difficile à battre », a déclaré l’entraîneur de Valence Albert Celades. «Il joue très solidement en défense et ne concède pas beaucoup de buts. Quand une équipe est en troisième position comme ça, c’est parce qu’elle fait beaucoup de choses bien, cela ne fait aucun doute. « 

Valence a été la dernière victime de Getafe samedi, avec un dossier de 3-0. Au tour précédent, Getafe avait gagné 2-0 à l’Athletic Bilbao.

Getafe était en lice pour une place en Ligue des champions jusqu’à la fin de la saison dernière, conservant la quatrième place jusqu’à ce qu’il soit vaincu par Valence à deux tours de la fin. Il affrontera l’Ajax en huitièmes de finale de la Ligue Europa cette saison.

GRÈVES EFFICACES

Alexander Isak de la Real Sociedad et Raúl de Tomás de l’Espanyol ont été parmi les meilleurs attaquants d’Europe.

Isak a marqué huit buts lors de ses six derniers matches, dont un lors de la victoire 2-1 de la Sociedad sur l’Athletic Bilbao lors du derby du Pays Basque en championnat espagnol dimanche. Quelques jours plus tôt, il avait marqué deux fois lors de la superbe victoire de l’équipe 4-3 au Real Madrid en quart de finale de la Copa del Rey.

Isak, 20 ans, qui joue déjà pour l’équipe nationale de Suède, a rejoint la Sociedad du Borussia Dortmund l’année dernière.

De Tomás, le transfert le plus cher d’Espanyol après avoir rejoint Benfica en janvier, a marqué lors de chacun de ses cinq premiers matches avec le club de Barcelone. Son dernier but était un vainqueur à la 58e minute contre Grenade dimanche, donnant à son équipe sa première victoire à domicile en championnat espagnol cette saison.

Il a été signé pour un montant annoncé de 20 millions d’euros (21,9 millions de dollars) plus les compléments, dépassant les près de 10 millions d’euros (10,9 millions de dollars) que le club espagnol avait payés pour Matías Vargas l’année dernière.

Le joueur de 25 ans de Tomás a un contrat avec l’Espanyol jusqu’en 2026. Il avait l’habitude de jouer dans les équipes de jeunes du Real Madrid avant de rejoindre le club de deuxième division Rayo Vallecano en prêt. Il a finalement été vendu à Benfica pour 20 millions d’euros (21,9 millions de dollars).

Plus de football AP: https://apnews.com/Soccer et https://twitter.com/AP-Sports

Tales Azzoni sur Twitter: http://twitter.com/tazzoni

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *