Xabi Alonso devant le tribunal de Madrid pour fraude fiscale condamnée à une amende de 4 millions d'euros

L'ancien milieu de terrain de Liverpool, Xabi Alonso, s'est rendu mercredi devant le tribunal de Madrid pour faire face à des accusations de fraude fiscale après avoir choisi de ne pas accepter de négociation de plaidoyer.

L'ancien international espagnol pourrait être condamné à cinq ans de prison et à une amende de 4 millions d'euros s'il était reconnu coupable de fraude fiscale en Espagne de 2010 à 2012 alors qu'il jouait avec le Real Madrid. Il a témoigné mercredi devant la cour provinciale de Madrid sous trois chefs de fraude fiscale, de création d'un paradis fiscal et d'impôts impayés sur les revenus tirés des droits à l'image.

"Je ne prévois aucune négociation de plaidoyer", a déclaré Alonso aux journalistes. "Une fois que je suis arrivé ici par conviction et par principes, il ne m'est pas venu à l'esprit de convenir. C'est très clair pour moi. Si ce n'était pas le cas, je l'aurais déjà quitté."

Jose Angel Sanchez, directeur général du Real Madrid, a également déclaré mercredi que "le contrat de gestion des droits de Xabi Alonso était similaire au reste des joueurs du club".

De nombreux joueurs de football de haut niveau ont fait l'objet d'une enquête pour fraude fiscale en Espagne. L'ancien attaquant du Real Madrid Cristiano Ronaldo, qui fait partie de la Juventus, a accepté une amende de 21,8 millions de dollars et une peine de 23 mois avec sursis pour 17,7 millions de dollars de fraude fiscale, tandis que la star de Barcelone Lionel Messi a été condamné à 21 mois et a remboursé environ 20 millions de dollars arriérés d'impôts dans son règlement.

Mercredi, Messi a admis qu'il envisageait de quitter la Liga en raison de la manière dont il avait été traité lors de l'affaire de fraude fiscale de 2013-14.

"J'ai eu plusieurs périodes [difficiles], particulièrement en 2013 et 2014, lorsque j'ai commencé à avoir un problème avec l'administration fiscale espagnole et tout ce qui est sorti", a déclaré Messi à RAC1. "C'était difficile pour moi et pour ma famille.

"Je pense que j'étais le premier [à faire l'objet d'une enquête par les autorités fiscales] et c'est pourquoi tout était si difficile. À partir de ce moment-là, ils ont montré qu'ils allaient tout faire avec moi et ont prouvé qu'ils cibleraient tous les sports et tous les footballeurs.

"Pendant ce temps, j'ai envisagé de quitter Barca. Pas parce que je voulais quitter Barca, mais parce que je voulais quitter l'Espagne. J'avais le sentiment d'être maltraité et je ne voulais pas y passer beaucoup de temps."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *