Jose Mourinho pense que Lionel Messi a fait de lui un meilleur entraîneur

El Clásico pourrait être trouvé à son plus dramatique pendant le charme de José Mourinho au Real Madrid.

Au milieu d'une histoire de rejet personnel et d'une philosophie du football qui était anathème pour les rivaux de son nouveau club, le patron portugais a entrepris de saper ce qui semblait être une invincible Barcelone.

Pep Guardiola et le regretté Tito Vilanova ont tous deux connu des affrontements infâmes avec Mourinho.

Les médias ne semblaient pas le prendre non plus, ou du moins il n'avait jamais rencontré la même adoration qu'il avait eu en Angleterre et en Italie.

Cependant, en 2012, il a finalement réalisé son mandat. Le Real était champion d'Espagne pour la première fois en quatre ans.

L'histoire ne se souvient peut-être pas du Madrid de Mourinho, ni de la même position que celle de Guardiola à Barcelone.

Au cours des dix dernières années, quel que soit le manager, le club qui s'est imposé au premier rang dans le football national est clair. La Ligue des champions est une autre affaire, bien sûr.

C'est en grande partie grâce à Leo Messi, qui était à son apogée pendant que Mourinho était en Liga.

L'Argentin n'a jamais vraiment ralenti, mais la différence était que le reste de ses coéquipiers – et même son manager – étaient plus proches de son niveau d'alien à l'époque.

Mourinho admet que gérer le Real à la hauteur des pouvoirs de Messi avait au moins fait de lui un meilleur entraîneur.

"Je dis toujours que je dois tant à mes joueurs qu'à ceux qui ne l'ont pas été et qui m'ont créé des problèmes", a-t-il déclaré à Marca.

"Par exemple, Messi n’a jamais joué dans mon équipe mais j’ai joué contre lui et il m’a fait un meilleur entraîneur pour la préparation des matches, pour l’organisation de mon équipe.

"Quand je dis Messi, je dis aussi tous les grands joueurs contre qui j'ai joué."

La présence de Mourinho sur la sellette de Bernabeu n'a d'ailleurs que inspiré Barcelone.

Après la manière dont son Inter Milan avait éliminé l’Europe de Blaugrana en demi-finale de la saison précédente, il y avait un sentiment de vengeance certain à propos de leur victoire 5-0 sur le Real en 2010.

C'était la première fois que Mourinho avait vécu El Clasico, bien que l'ironie soit que Messi n'était pas sur la feuille de match à cette occasion.

Xavi, Pedro, David Villa (2) et Jeffren ont tous mis leur main à l'épée, le carton rouge de Sergio Ramos aggravant leur misère.

Pourtant, c'est Messi qui continue à définir autant de carrières pour ses adversaires, pour le meilleur ou pour le pire.

histoire suivante
    histoire précédente

                    News Now – Nouvelles sportives
                
            

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *