Non Messi? Non Suarez? Pas de problème pour Barcelone

Après la défaite surprise du club d’ouverture face à l’Athletic Club, le manager de Barcelone, Ernesto Valverde, aurait sans aucun doute ressenti de la pression avant le match de dimanche contre le Real Betis.

Les fans du Barça se sont habitués au succès et les couteaux ont été dévoilés à Valverde parmi une section de supporters de Barcelone pour qui le simple fait de remporter le championnat au galop n’est pas suffisant. Si la défaite à San Mamés était suivie d'un échec contre le Betis, l'inquiétude qui régnait parmi les supporters aurait pu devenir quelque chose de plus tangible.

Valverde n’a pas été en mesure d’appeler les blessés Lionel Messi et Luis Suárez, et a mené avec les trois inconnus d’Antoine Griezmann, Rafinha et Carles Pérez, diplômé de La Masia.

La chaleur montait à Valverde lorsque Nabil Fekir mettait les visiteurs à l'extérieur après 15 minutes, mais le Barça ne paniqua pas et gagna le jeu en rejoignant le score à la moitié grâce au impressionnant Griezmann.

Cela a semblé ramener la confiance du Barça à fond et, au cours des 15 premières minutes de la deuxième mi-temps, elle a marqué 4-1, avec des buts de Griezmann, Pérez et Jordi Alba. Arturo Vidal, suppléant, réussit à marquer cinq minutes avant que Loren Morón frappe dans le coin supérieur de la balle pour dégager la balle pour Betis.

La soirée a également été marquée par l’introduction d’Ansu Fati, âgé de 16 ans, qui est devenu le deuxième plus jeune joueur de Barcelone de tous les temps quand il a remplacé Pérez en deuxième mi-temps.

Alors que Valverde jouissait du doux secours de la victoire, sa rivale Zinedine Zidane n’avait pas autant de bonheur.

La semaine dernière, une victoire 3-1 à Celta avait donné au Zadane Real Madrid un début de saison idéal, mais samedi, ses faiblesses étaient dévoilées alors qu’il s’agissait d’un match nul 1-1 à domicile contre le Real Valladolid.

Los Blancos domine la possession du ballon, mais est impuissant en attaque. Ils semblaient avoir remporté une vilaine victoire quand Karim Benzema reçut le ballon au bord de la boîte, se retourna et frappa énergiquement le coin du but après 82 minutes, mais comme cela a souvent été le cas pour Madrid, Guardiola s'est avéré être leur défaite.

Sergi Guardiola (aucune relation), l’attaquant de Valladolid, a égalisé à la 88e minute pour priver le club qu’il soutient de deux points.

Zidane s'est laissé tenter par les supporters et les médias pour avoir sélectionné une équipe qui ressemblait beaucoup à sa formation de départ préférée d'il y a trois ans, sans nouvelle signature ni jeune. Même James Rodríguez a commencé. Le titre de Marca, mardi, disait "Zidane perd son immunité", évoquant le fait que certains madrilènes commencent à se lasser de la persistance du Français avec l’ancienne garde et du manque d’imagination tactique.

Mais alors que la vieille garde se débattait, Ødegaard ne l’a pas fait. Le jeune Norvégien, prêté à la Real Sociedad par le Real Madrid, a marqué le dernier but victorieux du côté basque alors qu'il battait le Real Mallorca 1 à 0 au Son Moix.

Les rivaux de La Real, Athletic Club, ont décroché un bon score lors d'un nul 1-1, à Getafe, tandis que les autres équipes basques de la ligue, Eibar et Alavés, ont concocté une paire de matchs avec un nul 0-0 contre Osasuna et Espanyol respectivement.

L’enthousiasme des équipes valenciennes s’est accru, notamment lors de la victoire 2-1 de Levante sur Villarreal vendredi soir. Après avoir souffert de VAR pendant une bonne partie de la saison dernière, Levante a finalement obtenu réparation. A 1-0 en seconde période, l'arbitre accorda une pénalité après avoir consulté VAR. José Luis Morales s'en est emparé, mais Andrés Fernández a effectué un superbe triple sauvetage pour empêcher le capitaine de Levante. Entrez à nouveau VAR. Comme Fernández était hors de sa ligne lorsque le coup de pied a été pris, une reprise a été ordonnée. Cette fois-ci, Roger Martí s'est avancé et n'a commis aucune erreur.

Cinq minutes plus tard, Fernández commettait une faute étrange sur Martí dans la surface et l'attaquant de Levante plaçait le penalty qui en résultait exactement au même endroit pour remporter les trois points de son côté.

Les rivaux de Levante, Valence, n’ont pas eu cette chance. Lors de leur voyage à Vigo, ils ont été surclassés par une Celta bien améliorée, qui s’est imposée 1-0 grâce à un superbe tir en arrière du talon de Gabriel Fernández. Malgré l'absence d'un penalty en retard, Denis Suárez était la star de Celta et semble beaucoup plus heureux en Galicie après ses luttes à Barcelone et à Londres.

Après deux matchs, il n’ya plus que deux camps avec 100% d’enregistrements. Séville a maintenu son départ parfait sous Julen Lopetegui avec une victoire durement gagnée face à une équipe de Grenade à Los Cármenes, avec Joan Jordán inscrivant le seul but du match.

L'Atlético Madrid est de l'autre côté avec deux victoires sur deux. Bien que Diego Simeone ait expérimenté une nouvelle formation légèrement plus aventureuse, ses deux premiers matchs de la saison se sont tous deux terminés avec le score classique de l’ère Simeone – 1-0 contre Atleti. Le substitut Vitolo a pris les points pour les rojiblancos en deuxième demie dans un match peu risqué contre Leganés à Butarque.

Héros de la semaine: Diego López, qui a réalisé une série d'arrêts exceptionnels pour gagner un point à Espanyol à Alavés.

Villain de la semaine: Andrés Fernández. Les erreurs du gardien Villarreal ont valu à Levante les trois points d’un match que son équipe aurait dû gagner confortablement.

Performance de la semaine: Barcelone, qui a rebondi après la défaite de la semaine dernière, malgré l’absence de Messi et Suárez.

But de la semaine: beaucoup d’options cette semaine, mais l’arrière-talon de Gabriel Fernández, parfaitement exécuté, contre Celta face à Valence, le gagne pour moi. Les commissions vont à Karim Benzema et Loren Morón.

Dan Bridges

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *